Anna

Humble,

Dans son lungi bleu quadrillé

fondu dans le grand Anna universel.

Pourquoi se démarquer? 

À quoi bon affirmer son identité? 

Nous sommes de la même substance 

substance composée d'ombre et de lumière 

plus ou moins contrastée; 

un jour, dissous 

dans cette matière noire énigmatique.

Anna il sait tout ça, 

parfois renfrogné, inquisiteur, accusateur

perplexe ou préoccupé

souriant, avec ou sans dent.

Il a compris l’absurde illusion du vivant.

Il est plusieurs centaines de millions,

et toujours il lève les yeux sur moi.

Souvent soucieux 

de me voir exister,

venue d’un lointain,

insoupçonné inaccessible. 

La pupille se fondant dans l’iris,

noire, noir.

Et toujours je tombe,

je m’engouffre dans son existence 

À Rayapuddupakkam

Kezhuperumpakkam

ou Alanguppam.

Je ne sais de toute façon pas où je suis.

Je bois un thé sous un château d’eau à la peinture décrépie, fais une sieste à l’ombre d’un banian dont les branches tentent de rejoindre le sol jonché de déchets,

défèque dans une rivière amoindrie par l’absence de pluie, marche pied nu sur du goudron brûlant, pédale sur un vélo alourdi par ma cargaison de sucre,

agitant ma clochette pour faire saliver les enfants.

Tous les matins, je continue à vivre.

Respectant ou haïssant la femme que le Dharma m’a choisi pour compagne. Invoquant Murugan pour un jour meilleur,

je tire sur la corde qui retient ma beuglante fortune. J’engloutis mon riz. Estompe mon existence à coup d’Old Monk.

Je lève la tête, je vois, 

Une étrange apparition 

venue d’un monde 

où le soleil ne brûle pas la peau.

Le regard  tombe dans le regard.

Je vois l’illusion du monde incarnée. 

© 2020 Marie & Amal