Montée des enfers

jusqu'au blanc immaculé.

 

Terrasse sur le monde

         Terrasse sur le néant

Après vient la descente rassurante

la forêt infinie

qui semble habitée toute la surface de la planète.

Depuis toujours

Certains arbres carbonisés

d'autres fumant de l'orage de la veille

Arbres tortueux, lianes entortillées

comme la vieillesse encarnée

La forêt nous retient

coincés dans  la gorge

 

on rêve

d'un homme,

d'une maison,

d'un thé

Flocons de polystyrène

                           Éclairs au plafond

Perte d'élévation

L'esprit lourd

d'être etre deux montagnes

dans la raie du monde

où le soleil peine à pénétrer.

Puis dans le bruit, et les secousses,

retrouver le silence enneigé

           Arrivée au silence stupéfiant.

          Hauteurs immenses qui fabriquent

          leurs propres intempéries.

© 2020 Marie & Amal